Les 40 ans de la S.N.S.M.

Publié le par Lucie et les cybermamys

Les 40 ans de la Société de Sauvetage
en Mer

S. N. S. M.



Christian, le mari de France étant sauveteur en mer quand il est à Cavalaire et surtout les 2 mois d'été les plus chargés, nous avons voulu fêté avec lui et ses amis leur 40ème anniversaire.



Association Loi 1901, reconnue d'utilité publique et chargée d'une mission publique, la SNSM assure ses missions sous l'autorité du préfet maritime et du C.R.O.S.S.  (Centre Régional de Surveillance et de sauvetage)

Cette année, les sauveteurs en mer ont fêté leurs 40 ans de bénévolat, d'altruisme.
Le dévouement individuel de chacun des 4 500 bénévoles est réparti sur 229 stations couvrant toutes les côtes françaises et l'Outre-Mer.
Ils disposent de 600 vedettes.


Sortie de la vedette de Cavalaire (SNS 260)
par mauvais temps



Plus de 10 000 personnes sont secourues chaque année dont 700 sauvées d'une mort certaine.

Les bénévoles agissent au détriment de leur vie familiale et professionnelle. La disponibilité de ceux-ci est un vrai trésor.

La S.N.S.M., c'est avant tout une bande de copains qui aiment être ensemble. C'est important pour la stimulation.
La fierté de leurs missions : c'est le fait de servir les autres.


Quelques équipiers de Cavalaire après une sortie en mer l'été


Le contrat moral à la S.N.S.M. c'est d'appareiller, dès qu'il y a un sauvetage à faire, en moins d'un quart d'heure, mais, c'est bien souvent 2 fois moins.

La majeure partie de leurs interventions concerne la plaisance.






Voici une histoire racontée par un naufragé sorti en mer par gros temps et qui a été sauvé pa la S.N.S.M.

"
La mer est hâchée, défoncée, des vagues dans tous les sens, des pyramides de vagues, à bâbord, à tribord, devant, derrière. Pour les naufragés, la situation est dantesque : les embruns sont des gifles glacées. A l'intérieur du voilier tout n'est qu'amas d'ustensiles dangereux projetés au gré des vagues.
La S.N.S.M. arrive à arrimer le bateau, après de longs et durs moments et plusieurs essais infructueux, à l'aide d'un gros cordage, grâce à un équipier qui saute à bord du voilier, dans des creux de 6 à 8 mètres.
Le bateau est remorqué jusqu'au port.

Ce naufragé dira : "Il faut en avoir eu besoin un jour pour se rendre compte de l'héroïsme tranquille de ces gens-là"


La S.N.S.M. est agréée depuis 1997 comme membre de la Charte de Déontologie et Humanitaire faisant appel  à la générosité publique.
Elle vit grâce à ce que lui rapporte ses interventions en mer, à part les maigres subventions de l'Etat et des communes (20 %)

La sauvegarde de la vie humaine est gratuite, mais l'assistance aux biens est payante, sur la base d'une indemnité de coût de fonctionnement du bateau : 100 euros de l'heure.



Les critères de recrutement des sauveteurs bénévoles sont sévères :
Leur tâche n'est pas de tout repos. Ils doivent être entièrement opérationnels. Il ne s'agit pas d'amateurisme.
Ils sont soumis à une visite médicale sévère obligatoire.

Pour commander un bateau par tout temps, il faut avoir son brevet de secourisme, une qualification radio, un permis de naviguer, des notions simples médicales comme l'utilisation d'un défibrillateur cardiaque ou la manipulation de l'oxygène et surtout bien connaître la mer et la zone où ils naviguent.

Les bateaux sont équipés pour la recherche et la veille (moyens électoniques de navigation, poste de veille extérieur, projecteurs, lunettes de vision nocturne...)
Ils ont un matériel de remorquage, de récupération des naufragés : plate-forme arrière, potence, civière, banette de transport pour les blessés, hélitreuillage, lance à incendie.


Cabine de pilotage de la vedette de Cavalaire avec les instruments de navigation



Hélitreuillage en baie de Cavalaire avec l'hélicoptère de la Marine nationale





Les sauveteurs en mer doivent suivent régulièrement des formations
Bien qu'étant bénévoles, pour être efficaces, ils suivent des stages : une semaine intensive avec pas moins de 50 heures de navigation de jour comme de nuit et 25 heures de cours théorique.

L'enjeu est que les sauveteurs aient une qualification qui se rapproche des critères de professionnels.







Commenter cet article

Linda & picasso :0071::0079: 16/11/2007 16:35

....

Bandolera 16/11/2007 15:20

Leur travail est vraiment extraordinaire et on peut dire que ce sont des hommes d'exception ... Comme en montagne, certaines personnes oublient les règles de sécurité, dont la première est de ne pas partir lorsque le temps l'interdit, mettant ainsi en danger la vie de ceux qui viennent les sauver ... Bon WE à vous toutes et gros bisous à Lucie !

0001::0002::0009::0010::0037::0038::0075::0076::01 16/11/2007 08:30

bravo à eux...bravo à toute l'équipe....bravo aux Mamies....bonne journée ... .....et @ +

:0019: Bruno 16/11/2007 08:23

Bon anniversaire à la société de sauvetage en mer et félicitations pour ce beau reportage.

BIDUDULE 16/11/2007 07:48

Belle hommage !
Le courage est à l'honneur sur votre blog.
Bises à tous et à toutes.